banniere professeurs

Professeurs

Christiane Hudon

Environnement et Changement climatique Canada Sciences et Technologie de l'eau

Environnement Canada


Courriel : christiane.hudon@canada.ca christiane.hudon@umontreal.ca
Lieu d'encadrement : UQTR
Habilitation : Habilitation à codiriger

Résumé
Les recherches du Dr Hudon ont permis d’identifier les impacts d’une variété d’activités humaines sur les écosystèmes aquatiques, notamment sur le fleuve Saint-Laurent. Outre l’acquisition de connaissances nouvelles, les travaux de Dr Hudon permettent d’informer les gestionnaires de la ressource en eau, les décideurs et le public pour permettre des décisions plus éclairées. Les travaux de Dr Hudon s’inscrivent dans trois axes principaux :

Comprendre les processus favorisant la prolifération des cyanobactéries benthiques
La prolifération de cyanobactéries benthiques productrices de toxines (Lajeunesse et al. 2012) affecte un nombre croissant de cours d’eau en Amérique (Hudon et al 2014). Dans le Saint-Laurent, la prolifération des cyanobactéries benthiques modifie profondément les habitats littoraux (Lévesque et al. 2015a) dont dépendent les invertébrés qui s’y nourrissent et y trouvent refuge (Lévesque et al. 2015b, Visconti et al. 2014, Tourville Poirier et al. 2010). Les cyanobactéries benthiques sont présentes dans les secteurs du Saint-Laurent qui sont affectés par les apports terrestres, riches en carbone organique dissous et pauvres en nitrates (Vis et al. 2008, Lévesque et al. 2012). Bien que les teneurs en toxines représentent un risque minime, nos recherches se poursuivent pour en déterminer les facteurs de contrôle dans l’environnement.

Déterminer les répercussions de l’eutrophisation sur le réseau trophique
Les rejets urbains et agricoles figurent au premier rang des activités humaines exerçant des impacts directs sur les écosystèmes aquatiques. Les apports excessifs d’éléments nutritifs et de contaminants (deLafontaine et al. 2014) accélèrent le processus d’eutrophisation (Cattaneo et al. 2013, Hudon 2013), qui se traduit par des altérations du réseau trophique (Genovese et al. soumis, Méthot et al.2012). Ces découvertes ont servi de base scientifique à l’amendement de la réglementation canadienne pour limiter les teneurs en phosphates dans les détersifs domestiques, pour assurer la durabilité et la pérennité de l’environnement aquatique au Canada. Les eaux usées traitées de la Ville de Montréal ont aussi fait l’objet d’une revue de littérature qui a fait le point sur les nombreux impacts de la métropole sur le Saint-Laurent (Marcogliese et al. 2014).

Identifier les impacts cumulatifs des activités humaines sur l’écosystème du Saint-Laurent
Prises dans leur ensemble, les activités humaines exercent des effets cumulatifs qui excèdent la somme des impacts individuels sur l’environnement aquatique. Par exemple, la fréquence accrue des épisodes de canicule et de bas niveaux d’eau extrêmes induits par les changements climatiques coïncide avec une intensification de la régularisation du débit, un accroissement de l’empiètement sur la zone littorale et l’accroissement des pressions pour draguer les cours d’eau pour la navigation. Les modifications à l’habitat qui résultent de ces épisodes dépassent largement les effets de la seule diminution de l’hydrologie (Tall et al. 2015, Hudon et al. 2010) et ont été invoquées pour expliquer le non rétablissement des populations de perchaudes au Lac Saint-Pierre (Hudon et al. 2012). Ces résultats ont supporté l’établissement d’un moratoire de 5 ans (2013-2018) sur l’exploitation de la perchaude. En collaboration avec les chercheurs du GRIL, les recherches se poursuivent pour déterminer le rôle joué par la diminution des crues printanière, l’empiètement agricole dans la plaine inondable et les épisodes de bas niveaux sur la productivité des herbiers et des zones littorales qui supportent les populations de jeunes poissons (Massicotte et al. 2015).


Références
Hudon, C. M. DeSève and A. Cattaneo. 2014. The increasing occurrence of the benthic filamentous cyanobacterium Lyngbya wollei: a symptom of ecosystem degradation. Freshwater Science 33: 606-618.

Hudon C., Cattaneo A., Tourville Poirier A.-M, Brodeur P., Dumont P., Mailhot Y., Amyot J.-P., Despatie S.-P. and de Lafontaine Y. 2012. Oligotrophication from wetland epuration alters the riverine trophic network and carrying capacity for fish. Aquatic Sciences (DOI 10.1007/s00027-011-0243-2).

Hudon, C., A. Armellin, P. Gagnon and A. Patoine. 2010. Variations of water temperature and level in the St. Lawrence River (Quebec, Canada): effects on three common fish species. Hydrobiologia 647: 145-161.