banniere professeurs

Professeurs

Jean Bégin

Sciences du bois et de la forêt

Université Laval
Pavillon Abitibi-Price
2405, rue de la Terrasse
Université Laval
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone : (418) 656-2131 poste 2366
Courriel : Jean.Begin@sbf.ulaval.ca
Lieu d'encadrement : UQÀM
Habilitation : Habilitation à codiriger

Résumé
Je travaille à la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique de l'Université Laval depuis 1990. Je suis directeur du programme en aménagement et environnement forestiers depuis 2005. Au fil du temps mon champ de recherche a considérablement évolué. Il se concentre actuellement sur 1° l’utilisation d’outils de la télédétection dans un contexte forestier (A) ; 2° l’étude de l’effet des traitements sylvicoles en forêt boréale et mélangée (coupes partielles (B, C), dépressage et drainage forestier (D); 3° la modélisation de la croissance forestière (guides de gestion de la densité) (E) et des propriétés du bois des peuplements résineux en relation avec les caractéristiques du milieu. Mes réalisations les plus marquantes sont les suivantes:

1. Coupe avec protection des petites tiges marchandes (CPPTM)
Mes recherches entreprises depuis 1994 ont démontré le potentiel des gaules et des petites tiges marchandes de sapin baumier pour reconstituer le nouveau peuplement après une coupe de régénération. Depuis 1997, un total 32 dispositifs de recherche ont été établis au Québec. Plus de vingt présentations dont une émission de télévision à « La semaine verte » de Radio-Canada ont été réalisées. La CPPTM est devenue une alternative pour régénérer les forêts boréales (Manuel d’aménagement forestier 2003) tout en maintenant leur structure irrégulière et en préservant leur biodiversité. (Riopel et al. 2011 The Forestry Chronicle, Riopel et al. 2010 CJFR). Mon association avec des chercheurs en télédétection vise notamment à améliorer les outils de connaissance du territoire forestier de façon à améliorer les prescriptions sylvicoles en diminuant le recours aux inventaires d’intervention.

2. Drainage
L'étude réalisée démontre que les peuplements d'épinette noire, drainés après coupe, réagissent significativement et substantiellement au drainage sylvicole. Les accroissements en hauteur et diamètre diffèrent significativement selon les groupes opérationnels (GO), l'espacement du fossé et le type de compétition rencontrée. La réaction au drainage différant selon les GO, des recommandations de traitements ont été formulées à l’intention du MRN. L’abondance des compétiteurs améliore le drainage, ce qui affecte les modalités de réalisation d’une éclaircie précommerciale. (Jutras, Bégin et Plamondon. 2002. CJFR).

3. Guide de gestion de la densité et droite d'auto-éclaircie
L'établissement de la droite d'auto-éclaircie est la première démarche pour la confection de guides de gestions de la densité (Stand density management diagrams). La méthode développée, utilisant l'analyse en composante principale, élimine la subjectivité qui caractérisait les approches précédentes. Qui plus est, cette étude fournit une mesure pour comparer des droites d'auto-éclaircie et démontre que des régions écologiques différentes se caractérisent par une même droite d'auto-éclaircie. (Bégin, Bégin, Bélanger, Rivest, Tremblay, 2000. CJFR). Une étude récente démontre que la hauteur dominante caractérise mal la dimension verticale des placettes occasionnant un biais du volume prédit variant en fonction des distributions diamétrales.

4. Relation hauteur-diamètre paramétrée
La méthode développée permet de tirer un meilleur parti de l'information récoltée lors de la réalisation du programme d'inventaire d'aménagement forestier au Québec. Elle permet d'améliorer la précision des relations hauteur-diamètre sans augmenter le même nombre d'études d'arbres. Ses applications concernent autant la gestion que la recherche forestière. (Bégin et Raulier, 1995. CJFR)

?
5. Éclaircies précommerciales mixtes
Cette étude démontre la nécessité de distinguer le bouleau blanc, du peuplier faux-tremble, quant à leur impact sur la croissance du sapin baumier après une éclaircie précommerciale. Contrairement à la croyance populaire, le sapin peut surpasser le bouleau blanc sur certaines stations forestières. Le rabattement sévère de la compétition causée par le bouleau blanc ne devient plus essentiel sur ces stations. Des résultats récents indiquent que les compétiteurs feuillus ou résineux, plus petits que la tige dégagée et situés dans un quadrant à une distance inférieure à deux mètres, influencent peu la croissance des tiges résineuses dégagées par éclaircie précommerciale, mais ils affectent négativement le développement des branches


Références
(A) ***Bellemare-Racine, É, Etienne B. Racine, N. C. Coops, B. St-Onge, and J. Bégin. 2013. Estimating Forest Stand Age from LiDAR-Derived Predictors and Nearest Neighbor Imputation. For. Sci. 60(1) sous presse.
(B) ***Riopel, M. J. Bégin et J.-C. Ruel., 2011 Coefficients de distribution de la régénération, cinq ans après des coupes avec protection des petites tiges marchandes appliquées dans des sapinières et des pessières noires du Québec. The Forestry Chronicle.87 (5) 669-683.
(C) ***Riopel, M., Bégin, J. et Ruel, J.-C., 2010. Probabilités de pertes des tiges individuelles, cinq ans après des coupes avec protection des petites tiges marchandes, dans des forêts résineuses du Québec. Can. J. For. Res. 40(7): 1458-1472.);
(D) ***Jutras, S., J. Bégin, A.P. Plamondon and H. Hökkä. 2007. Growth of individual trees after the drainage of an unproductive black spruce stand. The Forestry Chronicle 83(5): 723-732.
(E) ***Bégin, É, J. Bégin, L. Bélanger, L.-P. Rivest, S. Tremblay, 2001. Balsam fir self-thinning relationship and its constancy among different ecological regions, Can. J. For. Res. 31 :950-959
*** Étudiant gradué sous ma direction